Une soirée à la Ferme (du Buisson)!

 

Comment concilier mon attrait pour les lieux un tant soit peu éloignés de Paris, de sa foule, de ses lumières scintillantes, de ses soirées trop hype à mon goût et ma recherche continuelle de nouvelles expériences et découvertes musicales?

J’ai trouvé la solution à mon souhait multi exigeant, elle tient en trois mots : la Ferme du Buisson.

 

 

Ce week end de juin a en effet vu éclore un nouveau RDV musical, campagnardement intitulé L’Abreuvoir à Musique, en référence à la dénomination de la salle dédiée aux concerts.

Le concept : trois concerts en une seule soirée, l’occasion de découvrir un groupe de la scène locale, un artiste confirmé, et enfin, pour conclure la soirée, un DJ set enflammé.

 

Voilà la recette concoctée par la Ferme du Buisson, située en Seine et Marne, à Noisiel plus exactement (je cite la ville qui a eu la bonne idée d’accueillir ce genre de lieu culturel, contemporain, un peu foutraque, qui bouscule les habitudes et les lieux de culture un peu trop établis et statiques à mon goût).

 

Au menu de la première édition : Etikal Lab, Rubin Steiner et Beat Torrent. De quoi ravir les oreilles des fans de Trip Hop, Electro, Rock alternatif, et Turntablism.

Le cadre est également idéal pour écouter de la bonne musique dans un esprit détendu à souhait : une bâtisse entièrement retapée et aménagée, un bon espace de verdure avec barbecue, bar, petites tables et…transats ! Que demander de plus, et ce à 30 mn de Paris ?

 

Bref, après cette brève présentation du lieu, venons-en au fond : les concerts au programme de ce vendredi 13 juin (chance…ou pas ?).

La soirée commence avec Etikal Lab, un groupe électro nourri de manière très reconnaissable de l’influence de Portishead, à l’ambiance mélancolique affirmé. Les arrangements sont plutôt bien léchés, même si la sono peine à en donner le rendu le plus fidèle, phase de rodage oblige. La chanteuse a une voix au timbre très clair, son duo avec le musicien au clavier est particulièrement agréable à écouter, leurs voix s’accordant parfaitement entre elles et sur les arrangements. Pourtant, il manque vraiment quelque chose pour accrocher au fil des premiers morceaux. Sur certains titres, on s’ennuierait presque, décevant pour du live. Mais, ce n’est pas si grave, des moments de creux peuvent toujours arriver…tant que ça ne dure pas. Et finalement ça repart. Ce qui ne m’empêche pas d’aller chercher une bière dans le jardin mitoyen à l’Abreuvoir, et oui quoique que le laisse suggérer son nom, l’Abreuvoir de la Ferme me donne plutôt très soif ! Une petite pose transat s’impose…en restant proche de la salle pour continuer à écouter la musique « au vert », puis retour dans la salle pour le second concert.

 

Et ça commence très fort…avec l’annonce du résultat du match Pays-Bas – France : 4 -1 sans appel. Mais il nous en faut beaucoup plus pour se laisser démoraliser ce soir, Rubin Steiner est là pour nous faire tout oublier et nous emmener loin du foot et de ses petits tracas grâce à son concert supra –vitaminé. Viva la musica ! Rock is not dead ! Neue Band is born !

Vous avez bien lu, si, si, il existe encore des groupes qui font du rock, du vrai avec l’énergie et les riffs de guitare électrique qui vont avec. Et lorsque les synthés et autres effets électroniques s’invitent pour venir ponctuer les gros sons de guitares et de batterie, tout d’un coup ça décolle littéralement. Je me retrouve vite sans m’en rendre compte en état de quasi-transe, Rubin Steiner à mes côtés, descendu de la scène pour l’occasion. Et oui, la transe ça se partage et ça se communique et le concert est bien parti pour. Le bassiste est littéralement accro, il prend vraiment son pied sur scène, et le fait de jouer dans une petite salle éloignée de Paris semble être la dernière de ses préoccupations. Il est juste hallucinant par sa seule présence et sa folie d’excité. Le concert est vraiment dément tout du long, Rubin Steiner met littéralement le feu à l’Abreuvoir…mais heureusement la Ferme ne stocke pas de foin J .Un rappel s’impose par la force des choses, on redemande de l’énergie électrique à l’état brut, même si le concept même de la soirée ne permet pas plus d’un rappel par artiste. Il faut bien laisser sa place au DJ set prévu pour conclure la soirée en transformant l’Abreuvoir en piste de danse !

 

 

trop énooorme !

 

C’est donc reparti pour une session de turntablism avec Beat Torrent, duo composé de Pfel & Atom, eux-mêmes issus du collectif C2C, 4 fois champions du monde par équipe aux WORLD DMC. La dernière partie de soirée s’annonce donc chaude et rythmée en présence de ces DJs surdoués dont les vidéos sur myspace s’annonçaient alléchantes. A peine le temps de finir nos bières, c’est reparti. Je m’avance doucement dans la salle, avec Yake, afin de sonder cette nouvelle ambiance et voir si le « public de la ferme » est également hip hop. Apparemment, c’est pas trop le cas…Quant au son de Beattorrent, je mets fin à tout suspense : c’est sympa parfois mais ça devient vite soûlant. Le fait de mixer les meilleurs standards funk (ceux qu’utilisent DJ Shadow et Cut Chemist à merveille dans leur génialissime « Brainfreeze ») avec la pire soupe pseudo electro (Justice) en accéléré…et bah, ça le fait pas. Ou du moins ça le fait pour ceux qui ne se soucient pas de ce qu’ils écoutent. Ca me fait penser aux 2 many dj’s qui utilisaient les samples de Pleasure Web  (ou un truc sacré dans le même genre) et qui enchaînaient avec Vanessa Paradis (oh oui). J’ai l’impression qu’on me sert un cocktail survitaminé à 200 km/h et de mauvais goût et ça me gave. Alors peut être que c’est cool de passer Rage Against The Machine avec Kris Kross et Nirvana avec House of Pain, mais j’ai l’impression d’être à une boum quand j’avais 13 ans sauf qu’aujourd’hui j’ai en 26. Bref, un set qui a manqué sérieusement d’ambition et d’originalité pour des artistes de leur calibre.

 

Pfel & Atom

 

 

 

Finalement je me dirige vers la sortie au bout de 25 minutes…en repensant à Rubin Steiner et à ce bel endroit qu’est la Ferme du Buisson. N’hésitez donc pas à aller y faire un tour …

 

le mur du son

 

+ Yake and Eutow +

  • Share/Bookmark

0 Responses to “Une soirée à la Ferme (du Buisson)!”


Comments are currently closed.